Fiona McIntosh France

Franchissez l'orée du mystérieux Thicket et pénétrez sur les terres sauvages du premier forum Français consacré à l'auteur Fiona McIntosh
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Critiques de films A, B, C, D, E

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Ophidia
The Custodian
The Custodian
avatar

Féminin Nombre de messages : 4482
Age : 35
Localisation : The Bleak
Livre : La stratégie Ender - Orson Scott Card

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Mer 28 Oct - 11:30

Clones

Comme souvent avec ce genre de sujet, un film qui fait profondément réfléchir sur notre société actuelle de course à la beauté et où le but est que tout le monde se fonde dans un moule prédéfinit par la société.
Le film est très efficace, avec une multitude de scènes d'actions vitaminées comme nous en a déjà donné l'habitude Mostow qui n'a décidément pas perdu la main dans ce domaine.
Le scénario est assez sympa, cherché, bien que trop prévisible par moment.
Mais on ne s'ennuie pas, et il y a même plusieurs passages assez drôle, et des répliques vraiment percutante.
Les effets spéciaux sont assez sympa, et on retrouver enfin un Bruce Willis en grande forme. ça fait plaisir!

_________________
PASSION rules REASON
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fiona-mcintosh-fr.forums-actifs.com
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 8 Nov - 14:18

Away We Go

Ce que j'aime bien avec Sam Mendes, c'est qu'il filme des gens communs qui refusent d'être comme les autres tout en montrant leurs luttes internes et externes pour ne pas intégrer le "troupeau", tout en sensibilité et réaliste.
Ici, un couple, la trentaine, décide de parcourir les différentes villes des États Unis où ils ont des connaissances pour y établir leur famille, elle étant enceinte de 6 mois. En passant d'une famille plouc dont la mère est complètement folle et excentrique, à une post-hippie qui ne croit qu'en la nature (d'ailleurs Maggie Gyllenhaal y est excellente en jeune maman baba hindouiste et spirituelle, "namaste" lol), ou à une famille nombreuse dont tous les enfants sont adoptés... De Phoenix, à Montreal, Tuscan, Miami... on découvre avec nos 2 personnages, attachants, une peinture lucide des Amérique d'aujourd'hui. Des dialogues savoureux, des situations très drôles et surprenantes, de l'émotion, nourrissent ce joli film qui reste agréable sans toute fois atteindre American Beauty (le chef d'oeuvre référence de Mendes)
Une bouffée d'oxygène

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 15 Nov - 14:33

2012

Le calendrier Maya annonce l'Apocalypse pour le 21 décembre 2012. Certains n'y croient pas du tout mais d'autres se préparent déjà à survivre à la fin du Monde...
Une grosse production à l'Américaine, avec effets spéciaux impressionnants, le gouvernement qui cache la vérité au peuple, des bons sentiments parfois (souvent?) un peu nauséeux, et un anti-héros qui sauve, si ce n'est le monde, au moins sa famille et devient responsable et respectable, un héros quoi.
Un film sympa, qui se regarde bien (malgré les 2h30) et qui dénonce les croyances et surtout les "manigances" du gouvernement. Les images sont belles (la terre qui s'ouvre en deux, les vagues géantes, les trains qui tombent, les girafes qui volent, les montagnes du Tibet violetheart) et il y a quelques moments drôles. Ce qui est dommage (enfin, moi ça m'ennuie et pis ce n'est pas très réaliste...) c'est le trop plein de bons sentiments qui surviennent comme résultat de la paix et du triomphe de... l'amour.
John Cusack n'est pas très bien adapté au rôle de héros improvisé mais il est sympa, par contre on a du mal à s'attacher au personnage (bien qu'il ne soit pas mauvais, mais je le préfère dans ses rôles de gars un peu perdu dans les non-grosses productions hollywoodiennes...)
A voir par curiosité

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Mer 18 Nov - 22:52

Beetlejuice

Après Mars Attacks à la télé, j'ai profité de la ressortie au cinéma d'une copie neuve de Beetlejuice pour attraper (tout doucement) mon retard sur les films de Tim Burton.
Le film date de 1988, ce qui veut que les effets spéciaux n'étaient pas du tout comme aujourd'hui (et même assez moches) Je dirais donc que, pour l'époque c'est pas mal fait. La créativité de Burton, sa fascination pour la vie (beaucoup plus fun!) après la mort, la musique de Dany Elfman, ses muses de l'époque (Michael Keaton en Beetle Geuse avant d'incarner Batman en 1989 et 92, Winona Ryder avant de rejoindre dans Edouard aux Mains d'Argent en 1990) sont déjà présentes ici et bien menées.
Le film est amusant, délirant même, inspiration pour certains, et mériterait même d'être reréalisé aujourd'hui (toujours pas Mr Tim) pour bénéficier d'une fluidité d'actions.
Le personnage est sympa! Complètement barré mais culte et drôle et... savoureux!
Vive Burton cheerleader2

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Mar 8 Déc - 14:05

Le Drôle de Noël de Scrooge (A Christmas Carol)

Le dernier Disney est adapté d'un célèbre conte de Dickens et a été réalisé par Robert Zemeckis en 3D par capture de mouvements (comme il l'avait fait pour Le Pôle Express, mais là ça rend mieux et les yeux ressemblent à des vrais yeux pas à des poupons aveugles...)

Les images sont très belles, un magnifique 3D, on se croirait presque dans une attraction Disney (ou Futuroscope) de simulation de voyage (ne manquent que le vent et les sièges qui bougent!)
Un joli film, l'histoire est fidèle au conte d'origine (au mot près, apparemment) et on passe un bon moment en rigolant bien avec Jim Carrey. C'est court mais on n'en voudrait pas plus... (et puis Jim Carey est quand même mieux en vrai^^)

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Ophidia
The Custodian
The Custodian
avatar

Féminin Nombre de messages : 4482
Age : 35
Localisation : The Bleak
Livre : La stratégie Ender - Orson Scott Card

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 13 Déc - 21:52

2012

Annoncé comme le film de catastrophe ultime aux effets spéciaux révolutionnaire, 2012 tient ses promesses plus ou moins bien sur ce plan là. Car si certaines scènes telles que la scène de la Californie scotchent littéralement au siège et impressionnent par la qualité de leurs effets, d'autre comme l'explosion de Yellowstone ne tiennent pas vraiment la route selon mon avis.
De même, à trop vouloir en fait niveau dévastation, justement Emerich en fait too much, et on finit par lever les yeux au ciel devant les énormités qui s'enchainent, toutes plus improbables les unes que les autres.
Autre grosse déception au niveau des personnages, terriblement clichés, pas très profond si ce n'est la petite fille, et qui finissent souvent par agacer.
Malgré tous ces points négatifs, comme tout film d'Emerich, on est pris par l'action passé une phase de mise en place plutôt barbante, et le film est très plaisant à regarder... jusqu'à la fin, totalement baclée, et stupide, avec des dialogues atteignant une nullité hollywoodienne rarement égalée... C'est bien dommage, parce qu'avec un super pareil, il y avait de quoi faire un grand film, encore meilleur que le Jour d'Après qui contrairement à 2012 avait un réel impact psychologique.

_________________
PASSION rules REASON
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fiona-mcintosh-fr.forums-actifs.com
Ophidia
The Custodian
The Custodian
avatar

Féminin Nombre de messages : 4482
Age : 35
Localisation : The Bleak
Livre : La stratégie Ender - Orson Scott Card

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Lun 21 Déc - 19:18

Arthur et la Vengeance de Maltazar

La suite du réjouissant Arthur et les Minimoys reste dans le même ton que le premier opus. Luc Besson a libéré sa mise en scène, se permettant de grandes envolées de caméra là où sa réalisation était plus étriquée dans le premier film. Les personnages sont toujours aussi savoureux, admirablement servis par des acteurs justes et des effets spéciaux toujours plus impressionnants. Malheureusement, on reste sur sa faim, tant au niveau scénaristique où il ne se passe vraiment pas grand chose, qu'au niveau durée du film.

_________________
PASSION rules REASON
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fiona-mcintosh-fr.forums-actifs.com
Gwenescence
Dark Assassine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1740
Age : 32
Localisation : Gaïa
Livre : Relecture de l'Exil - Trilogie Valisar (Fiona McIntosh)

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Jeu 7 Jan - 4:10

2012

L'histoire : Les Mayas, l'une des plus fascinantes civilisations que la Terre ait portées, nous ont transmis une prophétie : leur calendrier prend fin en 2012, et notre monde aussi. Depuis, les astrologues l'ont confirmé, les numérologues l'ont prédit, les géophysiciens trouvent cela dangereusement plausible, et même les experts scientifiques gouvernementaux finissent par arriver à cette terrifiante conclusion.
La prophétie maya a été examinée, discutée, minutieusement analysée. En 2012, nous saurons tous si elle est vraie, mais quelques-uns auront été prévenus depuis longtemps...
Lorsque les plaques tectoniques se mettent à glisser, provoquant de multiples séismes et détruisant Los Angeles au passage, Jackson Curtis, romancier, et sa famille se jettent à corps perdu, comme des millions d'individus, dans un voyage désespéré. Tous ne pourront pas être sauvés...

Mon avis : Evidemment, on va voir ce genre de film uniquement pour les effets spéciaux. On en prend plein la vue pendant 3 heures, ce qui est plaisant. Par contre, il n'y aucun effort dans le scénario, ce que je trouve un peu exagéré compte tenu du fait que l'histoire occupe quand meme la moitié du film!
Là, ce film est vraiment bâclé... Et oui, les effets spéciaux ne peuvent pas tout faire non plus! Le film aurait pu être bien meilleur avec un peu plus d'originalité et c'est dommage. Vraiment décevant et facile.
Ce film n'a été fait que pour le grand spectacle et ce, afin de faire un énorme bénéfice assuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenescence
Dark Assassine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1740
Age : 32
Localisation : Gaïa
Livre : Relecture de l'Exil - Trilogie Valisar (Fiona McIntosh)

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Mar 12 Jan - 19:26

Agora

L'histoire : IVème siècle après Jésus-Christ. L'Egypte est sous domination romaine. A Alexandrie, la révolte des Chrétiens gronde. Réfugiée dans la grande Bibliothèque, désormais menacée par la colère des insurgés, la brillante astronome Hypatie tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles, avec l'aide de ses disciples. Parmi eux, deux hommes se disputent l'amour d'Hypatie : Oreste et le jeune esclave Davus, déchiré entre ses sentiments et la perspective d'être affranchi s'il accepte de rejoindre les Chrétiens, de plus en plus puissants...

Mon avis : Les moins : On entre difficilement dedans au début. La coupure centrale casse de façon désagréable le rythme. Je doute du respect de la réalité historique mais je ne pense pas non plus que ce soit le but ni l'intérêt du film. C'est un peu déprimant.
Les plus : Les acteurs sont formidables, notamment Rachel Weisz, Max Minghella, Oscar Isaac, Ashraf Barhom... La reconstitution est belle, les costumes beaux et la BO efficace. Il y a de belles prises de vue.
Le film est nuancé, aucun manichéisme là dedans (toutes les factions sont violentes et veulent convaincre les autres).
Il montre un beau portrait de femme moderne voulant protéger le savoir et la liberté, éprise d'astronomie et de maths, aimée et admirée par ses disciples. Ses interrogations sont plausibles et ne cassent pas le rythme.
Ce film dénonce implacablement le fanatisme et les extrêmismes de toute sorte. Le parrallèlle avec le monde actuel est évident et effrayant tant le monde ne semble pas avoir changé en 1500 ans ! Je trouve détestable que l'on s'en prenne sans raison aux arts et aux sciences. Quand les hommes s'en prennent à la liberté des individus, à la condition des femmes (bizarrement c'est systématique) et qu'ils interprètent des écrits comme cela les arrangent plutôt qu'en respectant leurs principes (pardon, bonté, pitié chrétienne ou juive en l'espèce), c'est là qu'ils deviennent dangereux. Moralité : tolérance et respect sont les meilleurs armes contre le fanatisme.
J'ai aimé ce film pour le message qu'il contient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Mar 12 Jan - 22:28

J'hésitais à le voir mais en lisant ta critique, j'irais le voir pour le message, rien que ça doit valoirs le coup

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Gwenescence
Dark Assassine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1740
Age : 32
Localisation : Gaïa
Livre : Relecture de l'Exil - Trilogie Valisar (Fiona McIntosh)

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Mar 12 Jan - 23:14

Vas y, je pense que ça te plaira... Evidemment, certains passages sont un peu barbants par moment voire révoltants mais je pense que ça vaut le coup de s'accrocher jusqu'à la fin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 14 Fév - 14:52

L'Etrange Histoire de Benjamin Button (The Curious Case of Benjamin Button)

L'histoire d'un homme pas comme les autres, un homme qui rajeunit au lieu de vieillir... Un bébé qui nait avec les caractéristiques physiques d'un vieillard de 80 ans, et au fur et à mesure de sa croissance ressemble à un vieil homme qui se revigore, perd ses rides et ses cheveux blancs. A l'intérieur, Benjamin Button est un enfant comme les autres de son âge. C'est vraiment curieux et touchant de voir un enfant de 10 ans en paraitre 70 et réagir comme un gosse, innocent et naïf. On suit donc l'évolution de cet homme dans la vie, à travers ses yeux, de la fin de la guerre en 1918 à l'ouragan Katrina en 2005. Cette vie extraordinaire est en fait menée par l'amour pour une petite fille qui devient femme, un amour pur et beau.

Benjamin Button est un être extraordinaire, non seulement par sa particularité mais surtout par sa sensibilité face aux choses qui l'entourent. Joué avec perfection par Brad Pitt vieillit puis rajeuni (dingue! on le revoit tel qu'il était il y a 15 ans dans "Et au milieu coule une rivière"!) on se sent vraiment entrainé dans cette magnifique histoire sur l'amour et la différence.

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 14 Fév - 14:53

Anvil! The Story of Anvil

Anvil, groupe de heavy metal des années 80 et surnommés les "demi-dieux du metal canadien" qui a influencé de nombreux groupes dont Metallica, Slayer, Anthrax (dont les membres viennent témoigner pour appuyer le reportage)
Rob Reiner et Lips se sont rencontrés à l'âge de 15 ans et ont voulu former un groupe de hard rock, à plus de 50 ans ils sont restés les meilleurs amis du monde mais leur groupe bien que légende, n'est jamais revenu au top. Pour l'enregistrement de leur 13e album, on les suit chez eux puis en tournée en Europe. Vont-ils avoir le succès attendu?

Un documentaire pertinent et touchant, avec des rockeurs plus très frais mais humains et adorables (on dirait des gamins quand ils se retrouvent à parler du temps où ils étaient connus et couraient les festivals, c'est super mignon) Personnellement, je me suis attachée à ses 2 hommes, ils se dévoilent tellement qu'on quitte le film en ayant l'impression de les connaitre depuis des années. Un trucs à voir, et à apprécier, pour voir la vie de gens qui sont passés de légendes à inconnus, ce n'est pas que de la musique.

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Mar 9 Mar - 19:08

An Education

L'histoire d'une jeune fille de 16 ans, dans le Londres du début des années 1960, qui rencontre un homme deux fois plus âgé qu'elle. Il lui fait découvrir les mondanités de la haute société, les voyages, la vie adulte. Même ses parents sont convaincus par cet homme à l'apparence parfaite. Que veut-il? Est-ce vraiment sincère? Doit-elle renoncer à ses études pour lui?

Un film anglais magnifique, des dialogues succulents (scénario de Nick Hornby oblige, agréable surprise au générique de début!) et des acteurs excellents. Carey Mulligan nous promet de devenir une grande actrice, son jeu tout en finesse et en émotion ne laisse pas indifférent. Peter Sarsgaard a un charme de dingue Shocked lov, il envouterait un troll des montagnes, et joue à merveille les hommes charmants et mystérieux. Mention spéciale à Rosamund Pike qui fait une blonde (mais une 'vraie' blonde) et fait des têtes... géniales. Dominic Cooper est à remarquer aussi, en jeune dandy charismatique (pas autant que THE Chuck Bass mais à peu près dans le même style) A noter, Emma Thompson en directrice d'ecole de jeunes filles, impeccable, comme toujours.

Un très beau film sur les réflexions en fin d'adolescence sur la vie adulte, l'avenir, la liberté.

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 21 Mar - 22:27

Babel

4 histoires indépendantes et tragiques, toutes reliées par un évènement : 2 enfants Marocains s'entrainent à tirer avec un fusil haut de gamme et atteignent un car de touristes, un couple d'américains en vacances au Maroc pour réparer leur mariage en déclin se retrouvent lorsque la femme est gravement blessée, à San Diego une nounou Mexicaine emmène les 2 enfants Américains qu'elle garde avec elle au Mexique sans prévenir leurs parents pour assister au mariage de son fils, à Tokyo une adolescente sourde muette cherche l'amour alors que son père est recherché par la police japonaise.

Un film réalisé par Alejandro González Iñárritu, dans le même principe que 21 Grammes et Amours Chiennes, et avec la même poésie et la même sensibilité. Le tout est extrêmement bien filmé, les paysages étant sublimés par la caméra et soulignant la détresse des différents personnages. Les acteurs sont tous excellents, aussi bien le groupe d'Américains par Cate Blanchett et Brad Pitt, que le groupe de Mexicains par Gael Garcia Bernal et Adriana Barraza, les enfants Marocains, et le groupe de Japonais mené par Rinko Kikuchi. Un film qui fait réfléchir sur la famille, les responsabilités, sur la vie. A voir pour les acteurs, pour l'histoire -car il s'agit d'une histoire malgré les multiples intrigues- menée de main de maitre par un réalisateur qui aime ses acteurs et le magnifie sur l'écran.

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Ven 26 Mar - 12:56

Coco

Le personnage fétiche de Gad Elmaleh transposé au cinema.
Coco, multimilliardaire d'origine juive, veut organiser la plus grosse fête jamais réalisée en France, au Stade de France, pour la Bar-Mizvah de son fils. Hors, Coco découvre qu'il est cardiaque et doit se faire opérer le plus vite possible...

Ceux qui n'aiment pas Gad, passez votre chemin. Pour les fans, un pur bonheur : on retrouve les répliques cultes Gadelmalhiennes ("Tu conduis à 20 à l'heure on dirait un Jean Jaques!" " Mais ya des flash, Monsieur Coco..." "Eh bah souris!") et la maman juive trop drôle (dans le style de celle de La Vérité si je Mens mais encore pire!)
Bref, un film qu'on regarde comme un sketch géant, bien sympa mais pas inoubliable.

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Ven 26 Mar - 20:59

Crazy Heart

Le film qui a valu l'Oscar du Meilleur Rôle Principal Masculin à Jeff Bridges.
L'histoire de Bad Blake, cieux chanteur de country (57 ans) qui ne connait plus le succès, fait sa tournée dans les bowlings et les piano bars, passe son temps à boire et à bouffer de la junk food à moitié à poil devant des films de cul. L'histoire, donc, d'une déchéance mais d'un possible retour à la sobriété et à la célébrité, pour cela il lui faudra faire la première partie du jeune chanteur à qui il a tout appris... s'il réussira à réécrire de bonnes chansons et à se ranger.
Je précise que je n'aime pas la country music, mais alors là pas du tout, et le film à confirmer... Néanmoins, j'ai beaucoup apprécié ce film et je l'ai regardé avec plaisir.
Jeff Bridges y est remarquable, on s'attache beaucoup au personnage et on y croit, tellement il est crédible. C'est lui qui chante les chansons et il a une très jolie voix, grave et un peu rauque. A noter, la présence de Colin Farell dans le rôle du jeune chanteur de country célèbre et adulé, qui se fait timide et plein de modestie devant son ancien maitre.
L'histoire est belle, très bien filmée, avec de belles images des routes du Sud (Texas, Arizona, Nevada) La musique (non country...) est belle et on se laisse emporter.
A voir!

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Gwenescence
Dark Assassine
avatar

Féminin Nombre de messages : 1740
Age : 32
Localisation : Gaïa
Livre : Relecture de l'Exil - Trilogie Valisar (Fiona McIntosh)

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Ven 2 Avr - 16:26

Alice au Pays des Merveilles

Résumé : Alice, désormais âgée de 19 ans, retourne dans le monde fantastique qu'elle a découvert quand elle était enfant. Elle y retrouve ses amis le Lapin Blanc, Bonnet Blanc et Blanc Bonnet, le Loir, la Chenille, le Chat du Cheshire et, bien entendu, le Chapelier Fou. Alice s'embarque alors dans une aventure extraordinaire où elle accomplira son destin : mettre fin au règne de terreur de la Reine Rouge.

Mon avis : Voilà un film qu'il faut voir avec les yeux de la petite fille qui sommeille en nous, en oubliant au passage qu'il est de Tim Burton. Car de la fantaisie et de la noirceur du cinéaste, il ne reste pas grand chose.
L'image est belle, amplifiée quelquefois par une 3D réussie (mais pas indispensable, comme toujours, me reste seulement le souvenir de la chute d'Alice qui est très bien faite), la partition de Danny Elfman au diapason bien que trop présente et le rythme enlevé ; le film se regarde donc avec un certain plaisir, comme un livre d'images illustrant le conte que l'on connaît plus ou moins.
Certes, l'ensemble est bien lisse mais il échappe cependant à toute niaiserie. Car Alice n'est pas une héroïne bêtasse comme tant d'autres. Elle a du caractère et sait dire non. Mi Jeanne d'Arc, mi princesse, dénuée d'humour mais pas de dynamisme, presque androgyne, elle est plus moderne que beaucoup de ses consœurs.
Côté casting, aux côtés d'un Johnny Depp en petite forme qui nous refait le coup des yeux ronds et d'une Helena Bonham Carter toujours à l'aise en méchante, la jeune Mia Wasikowska est parfaite en Alice. On applaudit aussi la fabuleuse voix d'Alan Rickman (reconnaissable dès la première seconde) et l'excellente prestation d'Anne Hathaway, irrésistible en reine maniérée.
Au final, un joli conte sans aspérités mais agréable à l'œil, mais un film mineur dans la filmo de ce cher Tim qui nous avait pourtant ébloui avec Sweeney Todd il y a deux ans. On attend son retour avec un scénario un peu plus personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 11 Avr - 3:02

L'Arnacoeur

Alex n'est pas un séducteur comme les autres, c'est un professionnel. Son métier? faire comprendre aux femmes que leur petit-ami (et souvent futur mari) n'est pas fait pour elles. Parents, amis, collègue, appellent Alex et son "équipe" (composée de sa soeur et son beau-frère) pour "réveiller" les jeunes femmes malheureuses. On lui propose alors son affaire la plus délicate, Juliette qui est sur le point de se marier avec un homme qui a l'ait parfait et qui a l'air très amoureuse...

L'Arnacoeur est la surprise du cinéma français de ce début d'année! Des situations très drôles sont être exagérées, des dialogues succulents, des personnages secondaires (surtout Marc, trop fort) mémorables, des scènes surprenantes... une vraie cure de bonne humeur! Romain Duris s'y donne à fond (faux garde du corps, fausses larmes, vraie choré de Dirty Dancing!), tout en charme et en naturel. Vanessa Paradis, maitrise totale de justesse et de fraicheur. Des souvenirs pour les 25-35 ans (Dirty Dancing, George Michael, etc.) et rien de mièvre ou de 'film pour filles'. Un régal!

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Layne
Aegis
Aegis
avatar

Féminin Nombre de messages : 5132
Age : 38
Localisation : somewhere! hidding...
Livre : The Desert Spear - Peter V Brett

MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   Dim 18 Avr - 21:06

Alice in Wonderland (Alice aux Pays des Merveilles)

L'histoire bien connue d'Alice qui devient adulte et qui a toujours autant d'imagination. Tim Burton nous a donné une Alice fantaisiste dans un monde fou et coloré, Disney nous a enlevé le côté sombre si cher au réalisateur (et à ses fans) avec ses restrictions pour le rendre accessible et donc bien moins poétique.
On aurait voulu voir du vrai Burton, pur jus, mais Disney est là pour filtrer le résulata et le rendre admissible au pays de Mickey.
Heureusement, le tout est distrayant, très bien filmé (la patte de Burton sans son âme hélas...) et des acteurs excellents, aussi bien ceux qui donnent leur corps (ou leur visage) que ceux qui ne donnent que leur voix.
Par contre, la 3D ne sert pas à grand chose (à part donner mal à la tête) mais Gaumont à décider d'équiper TOUTES ses salles parisiennes d'1 ou 2 salles à lunettes donc voilà...
A voir en DVD, c'est bien pour réchauffer les soirées d'hiver (sans loucher!)

_________________
Come, alone and alive
You're afraid but that's not what I asked
Why not go for a ride?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/lili8layne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critiques de films A, B, C, D, E   

Revenir en haut Aller en bas
 
Critiques de films A, B, C, D, E
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Critiques de films - La Liste récapitulative
» Critiques de films de zombies/contaminés
» Jane Austen au cinéma : livres critiques
» Critiques cinéma
» Harry Potter (livres et films) - Avis, opinions, critiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fiona McIntosh France :: Festival de Pearlis :: Films-
Sauter vers: